Haiku # 613 | Tanka # 167

Dans la pluie
qui mouille mes lèvres
je goutte ton nom

~

Dans mes mains
je les acquis,
tes cheveux tombant
comme la pluie
de la voute du ciel

~

Imprégnée de rosée
sa peau de fleur respirait
le blanc de la poésie

~

Dans le jardin,
sous le ciel de l’aube,
sa peau de fleur
imprégnée de rosée
respirait la poésie.

~

Laying in the garden
at the break of dawn,
the flower of her skin
soaking in dew
breathed poetry.